header

Cliquez sur chaque département pour obtenir des infos supplémentaires

DEPARTEMENTS

Espace Adhérents



Historique de la Truffe

De part la nature de ses sols calcaires et de son climat océanique doux, la truffe a trouvé un terrain particulièrement propice et notamment les secteurs d’Angoulême et de Ruffec. On trouve la trace de sa présence dans divers écrits donnant aujourd’hui des repères intéressants sur sa production et sa réputation au fil des siècles.


Historique de la Truffe en Charente  

La Charente est un département où de tout temps la production de truffes a été importante et prisée.

De part la nature de ses sols calcaires et de son climat océanique doux, la truffe a trouvé un terrain particulièrement propice et notamment les secteurs d’Angoulême et de Ruffec. On trouve la trace de sa présence dans divers écrits donnant aujourd’hui des repères intéressants sur sa production et sa réputation au fil des siècles.

C’est sans nul doute François 1er revenant de sa captivité en Espagne qui en exigeant la truffe à sa table a été l’instigateur de la notoriété de la truffe et de celle de Charente en particulier. Né dans notre département à Cognac on pourrait l’accuser de chauvinisme avec la complicité de son médecin Champier, si au fil des siècles les truffes de Saintonge et de l’Angoumois n’avaient été citées dans de nombreux ouvrages comme faisant parties des meilleures. On peut supposer que dés cette époque la truffe Charentaise prenait les voies de France pour finir sur la table des grands du royaume.

Cependant selon Adolphe Chatin le commerce de la truffe ne débute réellement qu’à partir de 1770.

Plusieurs écrits attestent de la qualité de la truffe Charentaise :

1755

« On les doit choisir d’une grosseur médiocre, assez dures, récentes, bien nourries, d’une odeur, & d’un goût agréables, & qui n’ayent souffert aucune pourriture. On nous en apporte de très-excellentes du Périgord, du Limousin, de la Gascogne, de l’Angoumois, & plusieurs autres pays chauds. »

(Traité des aliments, où l'on trouve la différence et le choix qu'on doit faire de chacun d'eux en particulier par M. Louis Lémery, 3e édition, Durand (Paris) Chapitre LXXIV, Des Truffes)


1755

« Les bonnes sont communes en Italie, en Provence, en Dauphiné, dans le Languedoc, l’Angoumois, & le Périgord, où elles sont les meilleures. »

(Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. Te-Venerie par une société de gens de lettres ; mis en ordre et publié par M. Denis Diderot, et quant à la partie mathématique, par M. Jean Le Rond d'Alembert, -Briasson (Paris)-1751-1765 Tome XVI)

1782

« Les meilleures, selon lui *, étaient celles de Franche-Comté, de Saintonge, du Dauphiné, de Bourgogne, & d’Angoumois » *Bruyerin Champier médecin de François 1er puis de son fils Henri II

(Histoire de la vie privée des Français depuis l'origine de la nation jusqu'à nos jours. par M. Le Grand d'Aussy Partie 1 Tome 2)


La truffe en France s’inscrit au calendrier.

1793

Le calendrier républicain abandonne les Saints pour attribuer à chaque jour un nom issu de la nature, la truffe est fêtée le 28 octodi de Frimaire, en décembre de notre calendrier.


Chants républicains et poésies patriotiques de Person 1794

1812.

La Charente exporte hors département environ 16 Tonnes de truffes.


« Les récolteurs de truffes les vendent aux marchés de Périgueux et d’Angoulême au prix ordinaire de 3fr. le kilogramme ; il s’en exporte annuellement pour une somme assez forte à Périgueux, on l’estime de 80 à 100.000 fr. ; l’exportation d’Angoulême est à peu près de moitié celle de Périgueux. »

(Mémoires d'agriculture, d'économie rurale et domestique publiées par la Société royale d'agriculture de Paris -Buisson (Paris)- 1785-1872, Tome XV)


1835.

La production annuelle de truffes en Charente aurait été d’environ 70 Tonnes, sur les bases du document suivant.

Le salaire moyen est à l’époque d’un franc par jour pour une femme un peu plus pour un homme et représente la ration journalière et individuelle de nourriture.

« Les truffes sont regardées comme une production assez importante : elles se trouvent principalement dans les vignes, dans les terres labourables et les chaumes, presque toujours dans le voisinage des chênes, des genévriers, de l’épine noire, des noisetiers ou des charmes : vient- on à abattre quelques uns de ces arbres, la truffière disparaît et périt. Les truffes sont, comme on sait, fort recherchées par les amateurs de bonne chère, et indépendamment de la très-grande consommation qui s’en fait à Angoulême et dans les principales villes du département, il s’en dirige encore des envois considérables sur Paris et sur Bordeaux. On ne peut apprécier la quantité qu’il s’en récolte annuellement, parce que ce n’est jamais le propriétaire du terrain dans lequel se trouve une truffière qui les recueille ; les paysans les lui volent ou se les volent entre eux pendant la nuit et les portent au marché voisin. Mais on peut affirmer, sans rien hasarder, qu’il s’en vend au moins pour 2 ou 300.000 fr. par an. Leur prix varie selon leur abondance, et encore selon le temps qu’il fait à l’époque de la vente. S’il a fait un froid sec pendant 15 ou 20 jours de suite, elles augmentent chaque jour et finissent par valoir quelquefois 5 ou 6 fr. la livre ; s’il dégèle, elles ne valent plus que 20 ou 30 sous au marché prochain. Les traiteurs d’Angoulême sont renommés pour leurs pâtés de perdrix aux truffes, et les chapons truffés de Barbezieux et de Blanzac passent pour un des meilleurs morceaux qui se puissent servir sur une table de gourmands. »

(Guide pittoresque du voyageur en France, Tome 1)

1851-1853

La production Charentaise en bonnes années est de 100 Tonnes, le prix est passé de

3 francs à 3,60 francs en presque 40 ans, le salaire journalier d’un Parisien est en moyenne de 3, 81francs. (Selon l’Etude de Carole Becker).

Au paragraphe du département de la Charente on peut lire : « Parmi les produits végétaux, nous pouvons remarquer spécialement la truffe, dont la récolte annuelle peut s’élever à 100.000 kilog produisant approximativement la somme de 360.000 francs. »

(Encyclopédie nationale des sciences, des lettres et des arts : Résumé complet des connaissances humaines rédigée sous la direction de J.-P. Houzé et L. Barré -J. Bry (Paris)- Tome 2)

1864

La truffe est enseignée aux enfants


Gravure : 1864 La semaine des enfants. Magasin d’images et de lectures amusantes et instructives.


1865

La truffe n’échappe pas à l’impôt, le point sur les octrois à Angoulême.



(Rapports du préfet et procès-verbaux des séances - Conseil général de la Charente). Séance du 29 août 1865.

1869

La production annuelle est estimée à 40 Tonnes et à 10 francs le kilo en moyenne, estimation basse, pour la même année plusieurs écrits attestent de 20 francs le kilo (Rapport du Docteur Blanchard).


(La truffe étude des conditions générales

de la production truffière par Ad Chatin1869)


1875

Le Phylloxera apparait dans les vignes Charentaises et détruit une grande partie du vignoble, les truffières naturelles nettoyées et mises en valeur pour en améliorer le rendement et les truffières plantées deviennent une alternative au manque d’argent induit par la mort des vignes.

Le prix de la truffe est alors d’environ 30 francs le kilo selon « Les rapports et délibérations du Conseil Général de l’Ardèche de 1877. »

Cette même année il faut deux mois et demi pour qu’une vache laitière produisant 8 litres de lait par jour rapporte à l’éleveur 37 francs, à peine plus qu’un kilo de truffes. « Veillées villageoises ou entretiens sur l’agriculture moderne de Neveu-Derotrie »

1876

A Condamy, pharmacien d’Angoulême signale que quelques truffières ne produisent plus depuis les grands froids de 1870. « Etude sur l’histoire naturelle de la truffe »

1881-1897

La loi s’intéresse au vol et « au droit d’extraire les truffes. »



MM. Dalloz "Jurisprudence générale" (Paris)-1881



Tome 10 Code pénal article 388 Vols « Jurisprudence générale. Supplément au Répertoire méthodique et alphabétique de législation, de doctrine et de jurisprudence, en matière de droit civil, commercial, criminel, administratif, de droit des gens et de droit public, de MM. Dalloz »


1899

Delteich organise en Charente des conférences itinérantes et publie une plaquette sur « l’éducation de la truffe ».


1902

« Le journal de la jeunesse » publie un article sur la truffe et sur les premiers chiens truffiers : les barbets.


« Le journal de la jeunesse 1902 »


1906

Les statistiques considèrent que la production de truffes en Charente est de 14.5 Tonnes, le prix moyen au kilo est de 4 francs


Statistiques agricoles annuels 1906


1967

Rebière précise « parmi les terrains prestigieux où la truffe du Périgord atteint la qualité recherchée par les gourmets, nous citerons les deux Charentes… ».

1977

A l’initiative de M Cayre de Salles-Lavalette et de M Lambert de Gurat avec la participation de M Dufour du foyer de Progrès agricole de Montmoreau, le Syndicat des trufficulteurs de la Charente est créé.

La trufficulture est relancée.

1988-1989

La trufficulture en Poitou-Charentes fait l’objet d’une enquête par le Centre National pour l'Aménagement des Structures des Exploitations Agricoles.

1993

Un programme de relance de la trufficulture appuyé par un accord de subventions à la plantation est mis en place.

2004

Le marché régional de Jarnac voit le jour.


2008

Une truffe noire dite du Périgord, Tuber melanosporum d’1.2 Kg est vendue aux enchères au marché de Jarnac.


Première organisation de la Journée de la Truffe.


2010

Avec la participation de restaurateurs Charentais, édition d’un livret de recettes simples et savoureuses pour cuisiner la truffe sans soucis.


2012

Le marché aux truffes intègre La salle des Foudres 10, Quai de l'Orangerie à Jarnac.

Le Syndicat avec l'aide financière de la Région Poitou-Charentes, du Conseil Général de la Charente, du Syndicat de Pays Ouest Charente Pays de Cognac, réalise des panneaux pédagogiques exposés sur marchés et manifestations expliquant au grand public: les diverses espèces de truffes rencontrées dans notre région,  l'écologie de la truffe, la trufficulture, la récolte, la commercialisation et la gastronomie...

                                                  Exemple de panneau



 
HAUT DE PAGE